Vous êtes ici (cartographie des environs)

Principes de l’exercice

Cette quatrième séance propose de se décaler un peu encore, du dispositif (écrire avec/face à l’ordinateur) et de pratique (écrire). Je propose de dessiner – enfin, de « faire une carte », à savoir une forme de dessin du monde vu d’en haut. Un schéma des lieux environnants, reconstitués depuis ce point d’origine où nous nous situons (le CDI du collège Jean-Macé). J’ai montré quelques exemples, rapidement – ils sont ici). L’échelle est laissée libre, comme la légende – à chacun sa manière de carte. Cette exploration subjective est à voir ci-dessous.

 

cartes-scannées-4 cartes-scannées-1 cartes-scannées-2 cartes-scannées-3cartes-scannées-6 cartes-scannées-7 cartes-scannées-8 cartes-scannées-9 cartes-scannées-10 cartes-scannées-11cartes-scannées-12 cartes-scannées-13 cartes-scannées-14 cartes-scannées-15
cartes-scannées-gr-mardi-1

cartes-scannées-gr-mardi-2

cartes-scannées-gr-mardi-3

cartes-scannées-gr-mardi-4

cartes-scannées-gr-mardi-5

cartes-scannées-gr-mardi-6

cartes-scannées-gr-mardi-7

cartes-scannées-gr-mardi-8

cartes-scannées-gr-mardi-9

cartes-scannées-gr-mardi-10

cartes-scannées-gr-mardi-11

cartes-scannées-gr-mardi-12

cartes-scannées-gr-mardi-13

là où je suis née

Quand on arrive à Saint-Brieuc, il faut traverser le Pont d’Armor. Ce dernier enjambe une jolie vallée qui descend jusqu’à la mer, c’est la Vallée de Gouédic. Ceci sur notre droite. Sur notre gauche, elle passe sous la voie de chemin de fer et va jusqu’à Brezillet.

L’océan ne se découvre pas d’emblée à Saint-Brieuc. Il faut prendre la route afin de descendre jusqu’au Port du Légué . De là, on peut voir  les bateaux de pêche qui reviennent, lorsque c’est la saison, chargés  de coquilles Saint-Jacques.

Saint-Brieuc est une ville moyenne, 46000 habitants au dernier recensement.  L’été  a  du mal à arriver,  mais souvent se prolonge, jusqu’à fin septembre, voire  début octobre.

Jusque dans les années 70, le passage obligé pour se rendre de Rennes à Brest  était de traverser Saint-Brieuc par la nationale 12. Lors des départs estivaux, les « bouchons »  étaient nombreux. Et puis il y a eu la construction du Viaduc du Légué, qui a permis à Saint-Brieuc de mieux respirer… Lorsque vous passez sur ce dernier, vous avez une vue magnifique sur la Baie de Saint-Brieuc. Baie très profonde et large, d’un point haut on peut voir de Saint-Quay-Portrieux au Val-André. Certains la préfère à mer basse, d’autres, comme moi, à mer haute. Celle-ci est propice à la pêche à pied lors de grandes marées, on peut trouver coques, moules, praires, crabes etc

L’un des Maire dans les années 70 a fait construire des Halles hideuses dans le centre historique.  A présent on parle de les « déconstruire ».

Marie-Annick

 

Ma ville d’adoption

Cernée par la verdure,  la ville  porte le nom  de cité des 3 vallées. Dans la vallée de Gouédic, les joggeurs courent en côtoyant des promeneurs avec leurs chiens. Dans la vallée du Gouet, des cavaliers se promènent  et les amateurs de canoé  se donnent rendez-vous au bord de la rivière du même nom. .La vallée du Douvenant,  est surtout cotoyée par les amateurs de pêche à la ligne qui s’exercent autour du petit étang…

Dans le quartier  des Villages, hameau à l’ouest de la cité marine, une plaine d’aventure a vu le jour sur une ancienne décharge sauvage mais son aspect si naturel nous laisse croire le contraire. Le Bois Boissel même s’il est artificiel est un soleil de verdure à proximité des lotissements qui sont sortis de terre. Accessible  pour tous les promeneurs à vélo, à pied et à cheval, c’est un lieu de rencontres, de plaisirs l’été avec son barbecue, un lieu de flânerie pour les âmes pensantes, un lieu calme pour les lecteurs.

Cet écrin de verdure qui monte et qui descend sépare les communes  de St-Brieuc et Plérin.

Saint-Brieuc est une petite ville. Froide par ses couleurs grises sur les bâtiments,par ses températures basses, par son manque de luminosité L’été dure peu à Saint-Brieuc, les beaux jours sont courts, et rares sont les journées pleinement ensoleillées.Les fenêtres sont éclairées même en plein jour dans les maisons basses du centre ville car les ouvertures sont étroites.

Aux Rosaires, plage principale des briochins et des plérinais , l’eau est plutôt froide et la plage orientée au nord n’arrange rien.Le bunker de la Deuxième Guerre  face à la mer sur le remblai laisse la trace d’une époque peu glorieuse. Les ronces se sont invitées à l’intérieur, de même que certains squatters parfois. Sur l’esplanade des Rosaires, tout l’été un spectacle le mercredi pour les enfants, des terrasses de café pour un petit rafraichissement. Une vue panoramique sur le large nous montre Binic à gauche et Pléneuf Val André à droite, et les bateaux sortant du port du Légué s’éloignant petit à petit de notre champs de vision  à l’horizon.

Le port est un enchevêtrement de bâtiments en rénovation, d’entrepôts pour les cargaisons,  de navires aussi en suspend qui attendent des réparations.

Un long cargo noir défile dans le couloir d’entrée du port du Légué.  Une fois qu’il a passé l’écluse, il me semble énorme dans ce goulet.  Au loin la mer mène sur le large. L’océan ne se découvre pas d’emblée à St-Brieuc, il faut aller le chercher dans la baie.

Annie

 

 

Quand on s’promène au bord de l’eau…

Quand on arrive à Saint-Brieuc par la RN 12, ce qu’on voit du viaduc, c’est la ville un peu grise en surplomb du port, un peu lumineuse aussi, quand le vent joue avec les nuages.  En contrebas de la quatre-voies tumultueuse qui désengorge la ville, les vallées obligent le passant à stopper net, provoquent chez lui le même mélange d’attrait et d’effroi pour les choses très grandes, très hautes – une falaise, un précipice. L’un des candidats à la mairie, dans les années 2010, a même envisagé d’y construire un funiculaire, pour relier le port au centre ville.  Audacieux, il rêvait que tous les habitants puissent voir la mer : on aurait construit la ville en hémicycle, échelonné la hauteur des immeubles, avancé la ville aux rebords de la baie. Car l’océan ne se découvre pas d’emblée à Saint-Brieuc ; quand il n’est pas au large,  il s’avance doucement dans l’entonnoir que lui présente la côte et se fait étroit pour trouver son chemin à travers les rives de vase jusqu’à l’écluse. A son extrémité opposée, la structure ouvre sur un bassin à l’air libre, où les bateaux de plaisance attendent les beaux jours.

Plus loin, la rivière est cernée par la verdure, les feuilles et les épines qui s’insinuent partout, et à travers le Bois Boissel, on aperçoit les toits, comme si chaque maison devait gagner quelque chose sur l’avancée de la forêt. Certaines sont en bois peint.  Quand on s’y promène, on peut facilement s’y perdre, l’obscurité noyant les volumes, hauteur sous voûte, parfum de caverne. Et comme toujours dans les lieux si vastes, on peut rencontrer des groupes, plus ou moins nombreux, les uns sur les autres et bien sûr ça se pelote, ça fume et ça picole de la mauvaise bière glacée.

Soizic

saint-brieuc

La route qui traverse Saint-Brieuc mène absolument partout à Saint-Brieuc.  Il faut dire que Saint-Brieuc est une petite ville. Froide, le long de la route. Cernée par la verdure, les feuilles et les bois de frênes, de chênes, de hêtres, la ville possède deux vallées propices aux promenades et au jogging.

De la quatre-voies, le regard survole le port de plaisance, Plérin, la mer au loin, pour jouir d’une vue panoramique sur la rivière.

Plus a l’ouest se devine les deux tours de l’Église saint Michel dont Louis Guilloux a si bien décrit  l’originalité.

Dans les arrière-cours de la rue commerçante Saint-Guillaume, les fenêtres sont éclairées même en plein jour parce que ces cours sont enclavées. Ce sont de vieux bâtiments datant du siècle dernier.

Le vieux quartier avec ses maisons à colombages à l’équilibre précaire et non loin de là la fontaine d’où sont arrivés les moines fondateurs de la ville sont des lieux privilégiés des touristes.

Sa cathédrale a la particularité d’avoir des meurtrières. Elle servit d’écurie pendant la révolution de 1789. De nombreux ponts ont été érigés par Harel de la Noé.

Hervé